Les huîtres perlières


Conclusion

Finalement, toutes les huîtres peuvent produire des perles. Néanmoins, les perles obtenues sont de différentes qualités selon l’espèce. Sa qualité dépend de ce qui est sécrété par le manteau de l’animal, soit de la calcite, qui donnera un « caillou », soit de l’aragonite, qui donnera de la nacre ayant une structure organisée. Le manteau secrétera aussi l’intérieur de la coquille qui est constitué de l’aragonite ou de la calcite.

Ainsi, les huîtres que l’on trouve en Polynésie, ou plus généralement dans les régions de l’océan Pacifique, produisent des perles de nacre et les huîtres françaises, ou que l’on peut trouver dans l’océan Atlantique, produisent des perles de calcite non commercialisables. Ces dernières sont utilisées pour la consommation.

Cependant, la qualité de la perle pourrait aussi dépendre de certains paramètres du milieu comme la circulation des courants, leurs nutriments, la température, la salinité, la propreté et surtout la concentration de carbonate de calcium et de silice dans l’eau.

Par ailleurs, on constate également qu’il existe des moules d’eau douce, vivant dans des rivières de l’hémisphère nord, et qui sont exploitées pour leurs perles depuis des centaines d’années. Nous pourrions alors nous demander comment les différences de climats et d’habitats jouent un rôle dans la production de perles pour ces deux bivalves perliers ?

Partie précédente : Qualité de la perle
Partie suivante : Lexique